Maudite soit l’Apocalypse et ses putains fiévreuses
ses émirs aux bouches emplies de diamants
ses adorateurs dépositaires des crimes universels
ses rabbins furieux semblables au feu noir de l’enfer
ses cohortes de prêtres sanguinaires
au service des tyrans

La lune pleure au commencement cardinal du jour
j’ai vu les armées en route vers Ninive
les conquistadors brûler les villages
de peaux bariolées
j’ai vu les Croisés prier et trembler
aux portes de Damas

Tandis que fleurissait une rose blanche
sur le front de la reine de Saba
j’ai vu trembler les murailles de Rome
sous les assauts des puissances barbares
j’ai vu les chars écraser la foule praguoise
l’Amérique balayer ses laissés-pour-compte
sous des abris de carton et de silence
j’ai vu les empires malades
se rouler dans le sang et la boue
les bombes éclairer le ciel comme mille orages
j’ai vu s’enflammer des moines à Phnom Pen
et se tordre leurs cadavres carbonisés
j’ai vu la vanité des nations sous les ors des sacres
j’ai vu des bourreaux obèses
et leurs cohortes de monstres
achever les sentiments d’amour et la parole vraie
j’ai vu l’horreur sans nom des coeurs pourrissants
et la terrible misère des peuples
parqués dans les stades de la honte
j’ai vu s’édifier des murs plus durs
que des crânes de mercenaires
j’ai vu des rois d’opérette danser
sur les ruines des villes innocentes

Sur les douces vagues du rivage
la lune d’agonie frémit
à l’horizon déjà les oies en escadrilles
s’en vont affronter les tempêtes de neige
tandis que sur les bords du fleuve Niger
un vieux griot desséché
marmonne le temps de l’abondance


.../...

 

.

 

ANDRE CHENET

 

 

.

 

 

lever-de-lune