dimanche 4 décembre 2016

VENDANGES

Offrir ce que nous fûmes Et ce que nous serons Aux villes de demain Aux vendanges d’hier Et de nos soifs encore Réinventer la mer Qui rabat en riant Son chaperon d’écume Offrir ce que nous fûmes Et étreindre l’instant Et étreindre l’instant Comme on étreint la dune Là-bas sur l’avenue Tout s’agite et se tend La frêle ritournelle De nos cœurs en partance Assaille ça et là Les moyeux du silence Voici l’aube venue Sur les gradins du temps Voici les berges folles Ombrellées d’insouciance Et sur le fleuve en marche Les faisceaux de faïence... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 4 décembre 2016

DIZAINE POUR LE LIBAN

 Au pied d’un immeuble une poupée bombardée meurt les yeux ouverts Revenir « chez soi » Ni cachemire ni soie Des ruines fumantes   Noces de Cana dans l’amour d’un Christ un jour Eau changée en vin Meurtres de Cana Évangiles piétinés Eau changée en sang   Même pas le temps d’ensevelir ses cadavres La Mort vient du ciel Ciel noir Marée Noire How beautiful the war ! Diurne pollution Galilée Ma Terre les hommes t’auront violée les femmes trahie Connaître par toi la Joie la Beauté de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 4 décembre 2016

JE NE DIRAI PAS TOUT... Extrait

Je ne dirai pas tout. J’aurai passé ma vie à me décortiquer, à me déshabiller, à donner en spectacle à n’importe quel prix ce que j’avais de plus précieux, de plus original, plus vivant que moi-même, au prix de quels efforts, je ne le dirai pas. Je ne dirai pas tout. On passe au beau milieu de ses contemporains et la figuration n’est pas intelligente. Ils ont tous un cerveau fendu par le milieu dont toute une moitié se transforme en silex. Je vais jour après jour, envers et contre tout, vers mon point de départ, cercueil... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 4 décembre 2016

ALPHABET DE SABLE ... Extrait

nulle route dans cette ébriété de lignes nulle pierre, nulle herbe pour essarter la peur    le bleu menaçant et la horde ininterrompue des dunes    dans la lumière des silhouettes peureuses font vaciller l'immense    ta main   juste ta main comme repère        ou illusion marcher là    fouler ces friches de lumière c'est réponse à l'oubli   .   ALAIN LE BEUZE   .     Désert  
Posté par emmila à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,