jeudi 22 décembre 2016

HOMMAGE EN POESIE POUR AGNES SCHNELL

   Restera-t-il en tes mots quelque image qui parlera de ton absence ? Restera-t-il en tes mots un peu de l'haleine tiède... qui leur donna des ailes ? ...  Mourir ce n'est peut-être qu'une mue un abandon des boues une altération de la lumière et des mots... pour d'autres... ... Un jour grignoté sans transparence chants d'oiseaux perdus soupirs de la terre submergée toute la nuit la pluie a chanté mille doigts d'eau ont pénétré mon sommeil...   Agnès Schnell         De résines... [Lire la suite]