vendredi 21 juillet 2017

L'HEURE PRESENTE...Extrait

Tu regardes vivre le soir. Le ciel, la terreNus, allongés sur leur couche commune.Et lui, rien que nuées,Il se penche sur elle, prend dans ses mainsSa face respectée.Dieu ? Non, mieux que cela. La voixQui se porte, essoufflée, au-devant d'une autreEt riante désire son désir,Anxieuse de donner plus que de prendre.Ne vas-tu pas penser, ce soir encore,Que puissent devenir un même souffleLa matière, l'esprit ? Que de leur étreinteApaisée, desserrée,De la couleur, de l'or retomberait,Quelque débris de verre, taché de boue,Mais à briller,... [Lire la suite]

vendredi 21 juillet 2017

A LIZZIE

   J'ai fait votre connaissance en feuilletant un de vos carnets de dessins qui en a appelé d'autres, et je trouvais une place dans chacun d'eux. C'est ainsi que je me suis assise à côté de belles provençales, sur un banc, que j'ai "fait" le marché avec quelques acheteuses éventuelles, ou simples promeneurs. Sur la pierre de vieux escaliers déformés, qui les rendaient uniques, j'ai caressé un chat dormant ou faisant semblant. Je me suis même invitée sur des bateaux, desquels j'ai pu admirer l'Ile de Beauté ou la Bretagne et... [Lire la suite]
vendredi 21 juillet 2017

LETTRE OUVERTE DE SHLOMO SAND - HISTORIEN ISRAËLIEN - A EMMANUEL MACRON

En commençant à lire votre discours sur la commémoration de la rafle du Vel’d’hiv, j’ai éprouvé de la reconnaissance envers vous. En effet, au regard d’une longue tradition de dirigeants politiques, de droite, comme de gauche, qui, au passé et au présent, se sont défaussés quant à la participation et à la responsabilité de la France dans la déportation des personnes d’origine juive vers les camps de la mort, vous avez pris une position claire et dénuée d’ambiguïté : oui la France est responsable de la déportation, oui il y a bien... [Lire la suite]
mardi 18 juillet 2017

LE CARNET DES METAMORPHOSES...Extrait

Le vertige suffocant du mystère de la vie bat dans mes veines   Mon corps entier n'est plus qu'attente.         Je porte la graine      dans mes racines Je soumets ma substance à l'ordre qu'elle instaure   Ces instants de fusion suscitent la métamorphose.     L'inconnu qu'il me faudra déchiffer arrondit en moi le silence de sa sphère   Cette aube à l'affût accueille une autre lumière où conduit toute naissance. .   ... [Lire la suite]
mardi 18 juillet 2017

UN CHEMIN VERS LA LUMIERE...Extrait

« Le chemin vers la lumière c’est à quoi tend le poème quand il existe. Et réaliser que le poème existe est une illumination. Cette réalité n’a plus besoin de se mettre au service d’un projet prométhéen car ce n’est pas Dieu qui est mort mais bien Prométhée dans les villes bombardées jusqu’à Hiroshima, dans les camps de travail ou d’extermination et dans les goulags. Les ténèbres sont partout et les interdits ont seulement changé de sens. Le prophète Albert Camus dans « la chute » dont on parle peu quand on pense au... [Lire la suite]
mardi 18 juillet 2017

ANTI PROCES-VERBAL

Je constate, je n'en bâtis pas un système au sommet duquel je NOUS place je constate,  mais qu'un chat me prenne pour un chat, pis encore une chatte. Qu'un chien veuille pour mon bien m'imposer sa vue de chien, qu'une grenouille me reproche mes poils, qu'un corbeau me vante la charogne ou un lion les entrailles chaudes d'une antilope. NON Et pourtant voilà où nous en sommes dans les manuels scolaires, les cénacles, les tables rondes, les programmes de n'importe quel parti. Il n'y eut jamais que la prise du pouvoir ... [Lire la suite]

mardi 18 juillet 2017

A PEINE UN SOUFFLE, OEUVRE POETIQUE COMPLETE...Extrait

Un livre va s'écrire sur une feuille de porphyre Pourquoi la colère qui monte adoucit les mots et les chante Pourquoi le sourire sur le visage qui va mourir métamorphose en soleil un dernier râle La vie vécue recommence le destin d'une autre vie Elle ensemence son cresson sur un lit de tessons Un livre est un ramier au plumage de papier Mais dans ce lieu providentiel l'abeille ne reconnaît pas son miel   .     ABDELAZIZ  MANSOURI     .   . Photographie Thami Benkirane ... [Lire la suite]
lundi 17 juillet 2017

RENE TAVERNIER...Extrait

Il y en a qui prient, il y en a qui fuient, Il y en a qui maudissent et d'autres réfléchissent, Courbés sur le silence, pour entendre le vide, Il y en a qui confient leur panique à l'espoir, Il y en a qui s'en foutent et s'endorment le soir Le sourire aux lèvres. Et d'autres qui haïssent, d'autres qui font du mal Pour venger leur propre dénuement. Et s'abusant eux-mêmes se figurent chanter. Il y a tous ceux qui s'étourdissent... Il y en a qui souffrent, silence sur leur silence, Il en est trop qui vivent de cette souffrance.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 16 juillet 2017

THIERRY METZ...Extrait

Un avril d’oiseaux s’éveille dans les arbres. Qui sait où je vais ? Pas un nuage, seulement le chemin de castine puis le bois. Je rôde par là vers rien. Dans cette lumière qui me cherche comme une ombre. Seule, agaçante, une abeille me tourne autour. Mais chacun des pas compose un chemin. Ce n’est pas que moi. Né d’une fougère. Promeneur sans bâton. Toujours lui, jamais le même. Une branche, peut-être de l’indiscernable.   .   THIERRY METZ https://www.terreaciel.net/Thierry-Metz#.WWuz1VFpzIV   .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 16 juillet 2017

L'ÎLE DU COMMENCEMENT

ma nuit s'achève sur un fil de soie esprit éperdu fais tournoyer l'aurore mon verre est rempli de merveille messager des horizons solitaires l'oiseau fidèle à la veillée de l'amour porte ma raison à la main avisée dis seulement la fièvre du vers et l'alphabet de l'éveil des sens déclame la sueur des cieux émus reviens-moi au minuit des lumières procure la supplique du regard sur mon poitrail dépose son solfège à la mémoire de mon futur songe je transcrirai mon offrande à la sultane mon œuvre sera l’île du commencement  ... [Lire la suite]