L’eau elle aussi quitte le port

un reflet attend en lignes

pour partir

et là je suis

ce petit ce petit enfant

enfin seul avec l’énorme navire



Elle doit porter le nom de silence

cette baleine de fer

endormie sur le flanc

dans le port retenant son souffle

un nom rouillé sorti

d’une langue inconnue

inconnue



Et personne ne viendra

me donner à moi un nom

le bout des cordages semble d’eau

les parois sont couchées sur le dos

corps saupoudrés de lumière

je peux voguer si nous voguons

je peux errer pour toujours

à travers les couloirs qui rouillent

avec ma peur qui me tient par la main

par la main

et sans père

.

 

WILLIAM STANLEY MERWIN

Traduit de l’anglais par Raymond Farina

 

.

 

rusty-ship