mardi 28 février 2017

FIN DE PARTIE

AlorsC’est fini il n’y a plus rien plus rien à voir à dire à tuerIl n’y a même plus de décor des cartons éventrés des chosesNon identifiables qui s’enchevêtrent au solOn peut éteindre les lumièresFermer le grand rideauSur AlepLe troupeau peut se lever de ses fauteuils rouge sangQuitter le théâtre des événementsChercher pour la prochaine fois un spectacle nouveauUne comédie ce serait une bonne idéeCommenter Après tout cela nous dépasse ces intérêts supérieursNous ne savons plus qui est le méchant l’indien le shérif le policierEt où... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 28 février 2017

JOEL GRENIER...Extrait

C'était le temps où les us faisaient coutumes. C'était hier, c'était là-bas. C'était le temps où les armoires cachaient des secrets pour faire l'avenir que les mères savaient. Quand les filles rougissaient aux premiers chants d'oiseaux, quand leurs yeux agrandis se bordaient d'un air de mystère et que leur ventre bouillonnait d'un sang neuf de printemps, la mère l'entendait et gardait le silence. Mais elle sortait de sous les draps sans taches promis aux nuits de noces que la lune appelle, le collier qu'elle reçut de sa mère qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 28 février 2017

A BOUCHE PERDUE

A Rachel   Je voudrais te parler à bouche perdue Comme on parle sans fin dans les rêves, Te parler des derniers jours à vivre Dans la vérité tremblante de l’amour, Te parler de toi, de moi, toujours de toi, De ceux qui vont demeurer après nous, Qui ne connaîtront pas l’odeur de notre monde, Le labyrinthe incertain de nos vies mêlées, Qui ne comprendront rien à nos songes, A nos frayeurs d’enfants égarés dans les guerres. Je voudrais te parler, ma bouche contre ta bouche, Non de ce qui survit ni de ce qui va mourir Avec la... [Lire la suite]