Certains pays portent de grands manteaux de feu
afin de se protéger de la nuit

pareils aux saints des temps anciens
allant, venant et causant à voix basse
à travers les jardins épicés de légendes.

Des pays où des paysages intouchables
s’éveillent en sursaut
au plus noir du sommeil
pour expirer à force de splendeur
- écriture d’incendie
sous la plume du poète.

Il existe des terres d’orgueilleux testaments
lourdes d’encens
de danses, de fontaines
où chaque pierre est un berceau de colère
atterrée de n’avoir que la mort
à offrir aux enfants du futur.

 

.

 

NOHAD SALAMEH


" Passagère de la durée "

.

liban