dimanche 5 mars 2017

DES PAYS

Certains pays portent de grands manteaux de feuafin de se protéger de la nuit pareils aux saints des temps anciensallant, venant et causant à voix basseà travers les jardins épicés de légendes. Des pays où des paysages intouchabless’éveillent en sursautau plus noir du sommeilpour expirer à force de splendeur- écriture d’incendiesous la plume du poète. Il existe des terres d’orgueilleux testamentslourdes d’encensde danses, de fontainesoù chaque pierre est un berceau de colèreatterrée de n’avoir que la mortà offrir aux enfants du... [Lire la suite]

dimanche 5 mars 2017

VISITEURS AUX PORTES DU JARDIN

Pareils à ces arbres qui voyagent dans les textes ils se mettent en marche à la lueur des amandiers pressés d’atteindre l’eau qui flambe depuis un millénaire dans un village en mal d’oiseaux et qui à contre-orage repart à vide. Visiteurs aux portes du Jardin leur cercle s’élargit comme des chats miroitants que dessine la peur sur les murs des cathédrales abandonnées. Toujours la même ligne infranchissable toujours la même errance le même mort la même griffe la même blessure une botte sur le cœur et cette lune qu’ils tiennent serrée... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 5 mars 2017

SERGE PEY ... Extrait

La Vérité joue ses erreurs aux cartes sous la table de la nuit puis le jour inverse le jour et l’Erreur joue ses vérités sous la même table Nous ramassons les mises fracassées des passages la manche truquée d’un chien et l’aboiement du silence quand nous nous recouvrons avec le tapis le visage   .   SERGE PEY   .      
Posté par emmila à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 5 mars 2017

FEU DE VIE

Poème bleu fenêtre, Poème rouge fruit Qui s'envole du rire argenté de la lune Vers nos lèvres assoiffées d'étoiles Et de glissantes caresses infinies, Comme d'un bateau d'amour Et de rêves d'où l'on ne cesse de s'appeler. Poème attentes de jours et de nuits Qui ouvrent le miroir ailé d'un cri, Qui renaît feu d'amour, Feu de toujours, Feu de vie !   .   MOKHTAR EL AMRAOUI " Le souffle des ressacs "   .    
dimanche 5 mars 2017

TEXTES INEDITS

J'ai dans la mémoire des monceaux d'éternité. Un ciel de pleine lune et l'étoile manquante du jour où je suis né. J'ai dans la mémoire le long couloir des chambres de l'amour. Des corps posés comme des toiles de maître dans la lumière furtive et nue. J'ai dans la mémoire la fulgurance des mots qui me traversaient alors que j'étais dans les initiales de l'écriture. J'ai dans la mémoire les initiations dans le jardin paisible du prétendant. Ma mémoire est un grand hôtel où dorment les amis de tous les temps, présents ou absents. Chacun... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 5 mars 2017

LA NAISSANCE DU JOUR ...Extrait

« Le vent grandit, puisque la porte qui ouvre, sur la vigne, l’enclos ceint de briques ajourées, se débat faiblement sur ses gonds. Il va balayer, rapide, un quart de l’horizon, et s’agripper sur le nord verdâtre, d’une pureté hivernale. Alors, le golfe creux ronflera tout entier comme un coquillage. Adieu, ma nuit à la belle étoile sur le matelas de raphia… Si je m’étais obstinée à dormir dehors, la puissante bouche qui souffle le froid, le sec, qui éteint toute odeur et anesthésie la terre, l’ennemi du travail, de la volupté et du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,