Nuit de Sisyphe,
sans halte, sans recours
Il n’y a pas d’aurore éclatante et fragile
Juste cette fatigue
et l’habitude du naufrage

Mais l’étincelle, la sauvage, la brusque,
nous la portons en nous,
malgré nous,
plus tenace que les désastres

Envole-toi, Sisyphe,
Un feu déjà se prépare
La nuit, la nuit éclatera
comme une graine prête à de nouveaux départs

 

.

 

COLETTE GIBELIN

 

.

 

 

LAUREOS2

Photographie Laureos