Les noms s’effacent les dalles
Disparaissent sous les lierres
Près des falaises le sable
Oublie les jours et les siècles

Pourtant l’âme continue
Entre le ciel et la terre
A lier le feu et l’ombre
A la présence invisible


Donne-moi de mieux entendre
Le murmure sous la neige
La note émue du silence
Où s’est abrité le cœur

Accorde-moi de saisir
L’instant où s’ouvre ta grâce
Le galbe de ce fruit d’or
Que ton ciel met à ma bouche

 

.

 

GERARD BOCHOLIER

 

.

camille claudel2

 Oeuvre Camille Claudel