A Grenade 

je suis juif, chrétien
et maure de surcroît
 
D'en haut, d'en bas, 
Grenadins, 
pourquoi fondre l'or du Siècle
en vils bijoux, 
donner à Lorca des éclats d'échoppe
et des rimes marchandes aux coplas?
 
Pour les oubliés,
pour les insoumis,
je rouvre les bûchers,
circonscris les mémoires
d'où jaillissent les encres des livres de nos cris
et mêlant à vos sangs
l'huile de nos lampes
fais renaître des cendres
la prière des rebelles.
.
.
.
MARC BONAN
.
.
.

JOAQUIN SOROLLA Y BASTIDA2

Oeuvre Joaquin Sorolla y Bastida

"Grenade"