Ici, où le silence nous a rendu le pas des heures du jour et de la nuit, nous marchons heureusement de saison en saison sans quitter un instant la communion immense de la création, cette prière qui vit en nous, silencieuse, et qui nous rend à notre état vivant de créatures. Sans aller jusqu'à l'humilité, certain éclat de la
modestie supprime les barrières et ouvre sur les dimensions universelles pour la joie comme pour la gravité. Les fleurs et les moucherons de l'herbe me parlent souvent d'une terrible colère du ciel. J'écoute. Que peut-on dire? Les animaux ont parfois un tel reproche dans leurs yeux, quand ils nous regardent avec tendresse!

 

.

 

ARMEL GUERNE

 

.

 

mark briscoe3,

Oeuvre Mark Briscoe