Ce temps composé de fragments d'éternité

lorsque tu implosais en mille rayons de fruits

ce temps mitoyen et distant

pareil aux grilles du désert

où l'on attache les chevaux de l'eau

aux pieds en flamme.

 

Ce temps de presque rien

où tu vivais de fines embrasures

d'un brin de matin

d'un souffle de feuillage

fraîche vocalise dan la gorge.

 

Ce temps de nul temps

sans repères

ni boussole

où tu mourrais de morsures de fleur

en plein poumon

du chagrin de l'abeille

d'une griffure d'oiseau de sel

à même la joue.

 

Ce temps couleur de vent

tu voudrais l'emporter, amarré à ta chair

quand tu iras dormir dans un lit de cendre

semblable aux persécutés:

sans face ni profil

 

.

 

 

NOHAD SALAMEH

 

.

nohad