À la mémoire d’Albert Camus...
.
.
Donnez-moi des mots d’Homme
Des mots qui s’acheminent
De Tipasa la bleue aux flancs de Lourmarin
Ces mots d’ocre et de feu qui épousent les cimes
Délestant le soleil du poids des lendemains
Ces mots je les voudrais griffonnés de lumière
D’une lumière écrue revenue du bonheur
Quand à midi la plage offre son ventre amer
Aveuglant le passant d’une intime candeur
Je voudrais des mots d’Homme
De ceux qui vont en paix
Rapiécer le silence au Petit Villeblevin
Où le phénix d’or étonnement renait
La mort est ce beau leurre dont on remoud le grain
Servez-moi des mots d’Homme à l’abri des platanes
De ces mots va-nu-pieds qui remontent le temps
Des mots de Mondovi que l’on boit à la palme
Comme une eau de printemps
..
.
.
SYLVIE MEHEUT
.
.
.

CAMUS