Ce que vit le papillon. Ce que vit l’eau dans le temps du ruisseau. Ce que vit le pèlerin qui a perdu son chemin distrait par le babil des dieux. Ce que vit la parole dans la pierre. Ce que vivent les disparus en mer. Ce que vit celle qui est abandonnée par la possibilité physique de peindre. Ce que vit le pont qui enjambe deux civilisations. Ce que désirent les peuples liés dans la redoute de la pauvreté. Ce que vit le papillon. Je ne sais pas. Je n’en sais rien. Je sais le temps furtif de l’eau qui enseigne toutes choses et le passage. Que le pèlerin devient la pierre. Perdue en mer. Je sais l’aquarelle et la conscience des pigments. Je sais la pauvreté immobile et redoute le terme. Ce que vit le papillon, je le saurai quand je serai passé dans l’interstice.

 

.

 

 

© PATRICK CHEMIN

(2017)

 

 

.

camomille,-papillon,