Merci Adélita mia

 

Lorsque le coeur éclot dans le berceau du temps,
Comme une goutte d'eau jaillissant de la source,
Un lever de soleil, des bourgeons éclatants,
Sur la vie au long fleuve, un vaisseau prend sa course.

Lorsque le coeur frémit sous le souffle du vent,
Poussant tous les ruisseaux merveilleux de l'enfance,
Au regard d'une mère, on voit briller souvent
Une perle, une larme, au miroir d'espérance.

Lorsque le coeur explose aux rayons de l'été,
Ainsi qu'un soudain feu brûlant l'aube première,
Rien ne peut remplacer la douceur, la beauté,
D'une âme qui s'allume à la même lumière.

Lorsque le coeur s'endort au côté de la nuit,
Poursuivant son chemin sur les ailes du rêve,
Il voudrait, dans le ciel, saisir l'éclair qui luit,
Naviguer sur la vague et l'océan, sans trêve.

Lorsque le coeur s'éteint, tout consumé d'amour,
Sur le dernier bateau redescendant la voile,
Très doucement, le soir ferme les yeux du jour,
Et, dans le firmament, scintille une autre étoile !

.

.

 .

DOMINIQUE SIMONET

 .

.

.

temps2