Je connais
les matins sableux
où la langue grince
et s'empêtre
où les mots n'ont de réalité
que la lumière
incertaine.

Je connais ces rêves fous
fixés sur une page mutilée,
terre mise à nu
labourée
une fois de plus
une fois de trop.

Je suis du pays de ta voix
et n'ai place
en nul autre songe.



.

 

AGNES SCHNELL

 

.

 

 

AGNES1