Merci à Marie-Paule et Raymond Farina

Rien, sous le ciel, n’est plus proche de la littérature que l’eau. Elle part soudain tout droit ou soudain change de cours. Elle couvre et découvre le ciel ; en un instant, une sombre nuée s’étend à l’infini.
...
Ténue, c’est un voile de soie ; en tourbillon, c’est l’œil d’un tigre ; en cascade c’et un rayon céleste ; dressée, c’et un mont de jade ; déployée, c’est un dragon ; éparpillée, c’est la brume ; inspirée c’est le vent ; irritée, c’est le tonnerre. Rapide ou lente, nonchalante ou brusque, elle jaillit sous dix-mille formes. Voilà pourquoi ce qu’il y a de plus prodigieux, de plus changeant sous le ciel, c’est l’eau. Né dans une région aquatique, j’ai été habitué à l’eau dès l’enfance, je me crois toujours près de l’eau .

...

L’eau déploie devant moi toutes ses fantastiques métamorphoses. Elle se ramasse dans une gorge, se cabre dans des vagues, chante dans une source, se dilate dans une mer, se déchaîne dans une cascade, se recueille dans un étang. Tout ce qui est souple et sinueux, est eau. Toute littérature, pour moi, est eau .

 

 

.

 

 

YUAN HONG-DAO

1568-1610

Traduction Martine Vallette-Hémery

 

.

 

zaowuki-drouot2,

Oeuvre Zao Wou-Ki