Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EMMILA GITANA
Visiteurs
Depuis la création 1 615 225
Newsletter
Archives
24 juin 2017

EXPRESSION DU VOYAGE INTERIEUR

«Aux dernières tables de la nuit
Et pour en être là que faut-il
Je rêve à des femmes comme des poèmes
Dans l’alphabet des oiseaux
Lorsque l’amour est une momie
Les gens qui dorment comme des oiseaux
Chacun un cristal de nuit
Sont des petits jardins
Plongés dans l’eau des rêves
Où tout est fou
Rêves  à de grandes lunes
Qui les éclairent  du dedans
A perte de vue
Et l’amour est une allée
Jonchée de baisers
 Et d’aube
Ne réveillez pas l’enfant qui dort
La folie est aux cimes des arbres
belle de plusieurs tragédies
cette femme qui vient du verger
Allumée de chants
Avec un sourire d’image
Comme d’une grande légende
Mais tout cet or répandu
O trop de chance
Et qui habite le rêve n’a pas de maison.
Je sais que les larmes sont une vigne
N’en fais pas un deuil de terre
Combien l’eau n’est-elle pas confinée
A l’effeuillement des corps
Je t’aime comme les orgues de solitude
Un air tourmente ton cœur
D’un brun de mémoire exquis
Ta voix est celle d’une prairie
Je t’aime pour tout ce qui me reste de l’enfant
Le musc des légendes

Et brillant des naissances

 

 

.

 

 

ABDERRAHMAN BENHAMZA
.

 

tham

 

Photographie Thami Benkirane

.
Commentaires
EMMILA GITANA
Pages
Tags
Derniers commentaires