La mer    les vagues
la monodie des vents
les nuages qui filent sur l'azur
et solfient les accords azuréens
du chant des îles et des pêcheurs

Frissons    L'oiseau convole
Au royaume de la Lyre
Cetera  cistre et gaita  
irisent l'horizon
interrogent le ciel à la source des étoiles

L'embrun vole    l'embrun neige
quelle harpe  alors  larme de joie
entonne depuis le ponant
la mélodie  
des contrées que l'océan souligne

Bretagne  Biscaye  Asturies
Galicie   Île de Corse et de Sardaigne
profonds rivages
la liberté    là-bas  s'enivre de récits
hèle le pèlerin  en chemin

Que mon âme  enfin  soit  océan
l'allégorie se jouant du temps
en passant
avant que d'être ailleurs
ou  renaître des eaux 

A mes regrets qui vont déjà
par les champs
à l'ombre des arbres  recouvrant  les flots
quand les fragrances du maquis
à l'aube   perpétuellement se marient

...

 

.

 

CRISTIAN GEORGES CAMPAGNAC

 

.

 

 Ugo Casalonga, luthier