L'arbre tenait par ses racines
Mais les cendres asphyxiaient l'écorce
Les branches renonçaient à l'oiseau
Les feuilles se gaspillaient

Alors j'ai crié
Crié à travers choses

Les déserts par instants
Reculaient

Je m'attelais au cri

Rêvant échos
Mobilisant étoiles
Taillant passerelles
Creusant galeries



Je me rivais au cri
Ameutant l'eau qui stagne
Raccordant l'astre aux berges
Me liant aux visages
Dressant voûtes et fondement

Alors la vie

Fit plus loin dans sa réponse

Plus loin que tout l'imaginé

Des branches enfantèrent d'autres branches
Les paumes touchèrent d'autres paumes
L'écorce s'injecta de vivres
L'œil voyageait

Alors doublant le cri
La vie se livra
Verticale

Je reconnus notre espace
J'étais en mouvement
Et pourtant
Demeurais.

 

.

 



ANDREE CHEDID

 

.

arbre2,