La douceur apparaît d'abord comme une défaillance.
Elle déroge à toutes les règles du savoir-vivre social.
Les êtres qui en font preuve sont parfois des résistants mais ils ne portent pas le combat là où il a lieu habituellement. Ils sont ailleurs.
Incapables de trahir comme de se trahir, leur puissance vient d'un agir qui est constamment une manière d'être au monde.

...

Dessous est la douceur, tapie.
Sous chaque chose regardée, juste la ligne en dessous, c'est là, sous chaque chose touchée, chaque mot prononcé, chaque geste commencé, comme la ligne mélodique qui accompagne une ligne chantée.

...

La douceur a fait pacte avec la vérité ; elle est une éthique redoutable.
Elle ne peut se trahir, sauf à être falsifiée. La menace de mort même ne peut la contrer.

La douceur est politique. Elle ne plie pas, n'accorde aucun délai, aucune excuse. Elle est un verbe : on fait acte de douceur. Elle s'accorde au présent et inquiète toutes les possibilités de l'humain.

De l'animalité, elle garde l'instinct, de l'enfance l'énigme, de la prière l'apaisement, de la nature, l'imprévisibilité, de la lumière, la lumière.

...

La douceur est l'un des noms de cette réconciliation avec ce qui a été refoulé, exilé dans le passé et ainsi "repris" avec mansuétude et le courage qu'il faut pour s'avouer qu'on y était, en conscience.

Suavité de l'ineffable. Beauté de ce qui n'apparaît pas dans l'apparence donnée des choses et des phénomènes (...)

La douceur fait apparaître l'écart entre ce qui est là et qui échappe.

Le charnel et le spirituel, mais pas seulement, aussi tous les écarts, les ellipses, dans la langue, dans le visible, dans la volute baroque, dans la doublure de l'anamorphose.

La douceur est ce qui nous permet d'aller au-devant de cet étranger qui s'adresse à nous, en nous. C'est la voix que le poète anime, et recueille.
C'est une part du monde sauvage déposée là.

...

Comment faire entendre le manque de la douceur dans l'existence, la mémoire, la fragilité des êtres ?
Ce manque n'est presque pas audible, je ne sais même pas s'il est vraiment perçu. Il apparaît en creux dans la norme de plus en plus présente que fait peser une société qui se veut démocratique et libérale mais dont la logique consumériste fait s'indifférencier les êtres dans une économie qui ne souffre aucun "état d'âme".

...

Attenter à la douceur est un crime sans nom
que notre époque commet souvent au nom de ses divinités :
l'efficacité, la rapidité, la rentabilité.

On tente de la rendre désirable, échangeable, institutionnalisable,
pour qu'elle ne bouleverse pas tout. On tue la douceur par la douceur.
On en fait une drogue frelatée dont on veut nous inculquer le besoin

 

 

.

 

 

ANNE DUFOURMANTELLE

 

 

.

encaustic-painting-start-with2

Oeuvre ?