Rien que ton cœur brû­lant,

Rien d’autre.

 

Mon para­dis : un champ

Sans ros­si­gnols

Ni lyres,

Un ruis­seau dis­cret,

Une sim­ple source.

 

Pas de vent qui épe­ronne

Les fron­dai­sons,

Ni d’étoile qui veuille

Se faire feuille.

 

Un jour immense

Y serait

Le ver lui­sant

D’un autre jour

Dans un chant de

Regards bri­sés.

 

Lumi­neux repos

Où tous nos bai­sers,

Grains de beauté sono­res

De l’écho,

Iraient là-bas éclore.

 

Et ton cœur brû­lant,

Rien d’autre.

 

 

.



 
FEDERICO GARCIA LORCA

 

.

 

 

 

Katia Chausheva Photography5,

Katia Chausheva Photography