Ce peu de temps qui reste
A ce corps qui s’enlise
Je le veux souverain
Sous la lune complice
Je le veux dans ta main
Plus léger qu’une abeille
Comme un coussin d’été
La flèche d’un hiver
Je le veux sans compter
Les ruines de nos routes
Et savourer à deux
L’instant qui s’éternise.

...

 

 Voici le temps des bilans de l’usure
Aux feux croisés de nos forges intimes
Je veux l’amour absolu jusqu’au bout
Face à la verte et dernière beauté
Maintenant



.



BRUNO RUIZ

 

.

 

 

bernard liegeois,

Photographie Bernard Liegeois