Je veux dormir un instant,
un instant, une minute, un siècle ;
mais que tous sachent bien que je ne suis pas mort ;
qu’il y a sur les lèvres une étable d’or ;
que je suis le petit ami du vent d’Ouest ;
que je suis l’ombre immense de mes larmes.

 

.

 

FEDERICO GARCIA LORCA

 

 

.

 

 

VAGUE