C'est moi, femme, je vois mon chemin ;

Je suis austère, âpre, immense, inébranlable, mais je t'aime ;
Allons, je ne te blesse pas plus qu'il ne te faut, 
Je verse l'essence qui engendrera des garçons et des filles dignes de ces Etats-Unis ; j'y vais d'un muscle rude et attentionné,
Et je m'enlace bien efficacement, et je n'écoute nulles supplications, 
Et je ne puis me retirer avant d'avoir déposé ce qui s'est accumulé si longuement en moi, 
A travers toi je lâche les fleuves endigués de mon être,
En toi je dépose un millier d'ans en avant, 
Sur toi je greffe le plus cher de moi et de l'Amérique, Les gouttes que je distille en toi grandiront en chaudes et puissantes filles, en artistes de demain, musiciens, bardes ; 
Les enfants que j'engendre en toi engendreront à leur tour, Je demande que des hommes parfaits, des femmes parfaites sortent de mes frais amoureux ;
Je les attends, qu'ils s'accouplent un jour avec d'autres, comme nous accouplons à cette heure, Je compte sur les fruits de leurs arrosements jaillissants, comme je compte sur les fruits des arrosements jaillissants que je donne en cette heure.
Et je surveillerai les moissons d'amour, naissance, vie, mort, immortalité, que je sème en cette heure, si amoureusement.

 

 

! DIAMON~11

 

 

 WALT WHITMAN

.

 

.

! DIAMON~11

 

 

 

P

 Oeuvre Paul Sieffer