Lente déclosion
accoutumance à la lumière
on traverse des terres obscures
des zones où l’âme s’expose.

On porte haut ce qu’on aime.
Pensées où les éboulis sont libres, langue sèche
hiatus entre réalité et songe.

Tant de naissances pour être soi !
Tant de jours âpres
de peurs à contenir
de brisures à colmater.
Eternel saltimbanque
de pirouettes en retournement
jusqu’à l’acmé.
Tu te cognes.
Cailloux dans l’âme
ou dans la gorge.
Voix trop fluette malgré ton cri
immense
de l’intérieur.

Crainte soudaine de fondre
de sombrer dans le tumulte composé.

On craint l’avalement
la nuit
sans fond.

 

 

.

 

 

AGNES SCHNELL

 

 

.

 

Charles-Clos Olsommer2,

Oeuvre Charles-Clos Olsommer