Aucun mot
ne dira jamais
la joie apaisée du passage

Il y eut tant de douleurs
sur ces rives du monde

Tant de bonheurs
muets

Pour un printemps
qui ressuscite
je donnerais l'été
et l'automne
et l'hiver
et toutes les saisons dénudées
de mon cœur

Je couvrirais de renoncules
les terres obscures
de nos nuits

 

.

 

 

JEAN LAVOUE

Soleil des grèves, Calligrammes 1996

www.enfancedesarbres.com

 

.

 

renoncule2