Je ne suis pas poète ou écrivain je suis

Ramasseuse de Cris, je passe avec ma brouette
Entre vous je glane du hurlement de la plainte fragile les pleurs
De colère des enfants les rugissements des amants trompés
Le gémissement de la vieille percluse perdue au bas de l’escalier
Les balbutiements étouffés des regrets éternels ou passagers
L’appel au secours du noyé et les mots tordus de la douleur
Sur le lit du blessé qui gueule dans le silence capitonné
Les hoquets du chagrin les haut le corps de détresse
Ce qui fuse des bouches humaines et tombe abandonné 
Jusqu’au soupir mourant où l’on entend bafouiller Si j’avais su
Si seulement si
Et ma brouette est lourde comme un âne mort comme
Toute la chair du monde et des mondes alentour
Je suis Ramasseuse de Cris, Femme de peine, 
Mais
Si vous voulez des cris, je vous les donne, 
Pour un regard de toi
Celui qui me ferait
Fille de Joie, sans doute.

 

.

 

 

ALEXO XENIDIS

 

 

.

 

 

pissaro3

Oeuvre Camille Pissaro