II y eut autrefois des choses sans musique
des pays qui fondaient comme un fruit dans la bouche
des étés haletants
des silences plus frais que neige
des êtres qui entraient en nous et qui sortaient
sans qu'on s'en rendît compte,
nourritures, paresses savantes, jus d'oiseaux
idiomes heureux, échanges,
de sorte qu'on était ce qui entrait en nous
parfois un cil, parfois un ange
parfois un baobab où la hache faisait
des blessures délicieuses
et quand, souvent, des femmes ou des sangsues roses
se collaient à nos corps
on éprouvait soudain la joie d'être mangé
et le délice affreux de devenir un autre.

 

.

 

 

BENJAMIN FONDANE

 

 

.

 

 

Rebecca Campbell2

Oeuvre Rebecca Campbell