...

Je rencontrai cette forme devant la mienne

À l'heure du crépuscule,

Quand les disparitions

Confondent pour les yeux les couleurs,

Quand le dernier amour

Cherche l'ultime corps.

Une angoisse sans fond hurlait entre les pierres ;


En route vers l'air, des hommes sourds,

Tête oubliée,

Passaient au loin, libres ou morts ;

Honteux cortège de fantômes

Et leurs chaînes brisées qui pendaient à leurs mains.


Alors la vie posa une lampe

Sur des murs sanglants ;

Le jour déjà fatigué séchait tristement

Les futures aurores, rapiécées

Comme loques de roi.


La lampe c'était toi,

Mes lèvres, mon sourire,

Forme que trouvent mes mains dans tout ce qu'elles

touchent.


Si mes yeux se ferment c'est pour te trouver en rêve,

Derrière la tête,

Derrière le monde asservi,

Dans ce pays perdu

Que sans le savoir nous avons quitté un jour.

 

 

.

 

 

LUIS CERNUDA

 

 

.

 

Bahram Dabiri

Oeuvre Braham Dabiri