C'était un code entre nous, tu signais Ton barbare quand, de ton pays lointain, tu m'écrivais ces longues lettres où tu me partageais tes plus grandes révoltes, tes plus belles utopies . D'un grand ciel ouvert, tu me confiais tes rêves d'athée et ceux de gavroche romantique. Tu t'étais trompé d'époque, tu le disais. Tu ne supportais pas ceux qui voulaient rabattre tes ailes. Sans justification, nos parcours fraternels jumelaient une alliance Nous étions ceux qui se parlent vrai, qui se savent vrais. Mes rectitudes, mes quêtes, te faisaient sourire, le bad boy que tu croyais être, les bousculait. Tu disais : Il y a mille ans nous étions amis, dans mille ans nous le serons encore. Nous étions ces amis-là, d'une rare confiance. Une bienveillance. Tu brûlais entre la matière dense et ta clarté de bleu regard d'enfant. Je t'ai envoyé un livre, il m'est revenu. Et si tu n'habites plus l'adresse indiquée, c'est que tu es parti bien plus loin que la Terre, je l'ai appris hier. Tu as pris la traverse sans au revoir,ça te ressemble, l'amitié n'a besoin que d'être.

.


ILE ENIGER

Solaire - (à paraître)


.

ile2