Grands chasseurs d’éternel,

nous transitons

 

À travers l’éclat fragile des genêts

l’éblouissant miracle des cerises,

nous transitons

Vers d’autres paysages

et des brûlures plus nouvelles

 

Torturés d’infini,

nous transitons à travers

nos constructions les plus durables

 

Mais nos regards fixés sur des horizons sans limites

ne rencontrent peut-être

que nos prisons intérieures 

 

...

 

 Nous dérivons,

passants énigmatiques,

cherchant, toujours,

cherchant, têtus,

une autre incandescence

 

.

.

 

.

COLETTE GIBELIN

 

.

.

  

 .