Doux Platero trottinant, mon petit âne, qui tant de fois transporta mon âme - seulement mon âme !- par ces profonds chemins de figuiers de Barbarie, de mauves et de chèvrefeuilles : A toi, ce livre qui parle de toi, maintenant que tu peux le comprendre. Qu’il touche ton âme qui broute désormais au paradis, avec l’âme de nos paysages de Moguer, elle aussi , avec la tienne, est montée au ciel.

 

...

 

Regarde, Platero, toutes ces roses qui partout tombent ; roses bleues, roses blanches, incolores... On dirait que le ciel se brise en roses. Regarde-les couvrir mon front, toutes ces roses, et rouler sur mes épaules et mes mains...

Que vais-je faire de tant de roses?


Peut-être sais-tu, toi, d'où vient cette douce flore dont j'ignore l'origine, cette douce flore qui attendrit, chaque jour, le paysage, et le laisse insensiblement rose, blanc ou bleuté - oh, toutes ces roses qui tombent! -, comme un tableau de Fra Angelico, qui peignait le ciel à genoux!

On dirait que des sept galeries du Paradis on jette des roses à la terre, Celles-ci, comme une neige tiède vaguement colorée, jonchent le clocher, le toit, les arbres. Regarde comme tout ce qui était si dur devient, sous leur parure, délicat. Oh, toutes ces roses qui tombent...

 

...

 

Magnificence du matin! Le soleil verse sur la terre son allégresse d'argent et d'or ; des papillons aux cent couleurs s'ébattent à l'infini, parmi les fleurs, dans la maison, au-dehors, sur la source. Partout la campagne s'ouvre en éclats, en craquements, en un bouillonnement de vie saine et nouvelle.

On croirait se trouver à l'intérieur d'un grand alvéole de lumière, coeur d'une rose ardente, immense et chaude.

 

....

 

Toujours blanche sur la pinède toujours verte ; rose ou bleue, elle la blanche, pendant l'aurore ; verte ou azur, elle la blanche, durant la nuit ; la vieille fontaine, Platero, où tu m'as vu si souvent, si longtemps arrêté, renferme, comme une clef ou une tombe, toute l'élégie du monde, autrement dit le sentiment de la vie véritable.

J'ai vu en elle le Parthénon, les Pyramides, les cathédrales au grand complet. Chaque fois qu'une fontaine, un mausolée, un portique m'ont empêché de dormir en paix par l'insistante permanence de leur beauté, leur image alternait dans mon demi-sommeil avec celle de la vieille fontaine.

 

 

.

 

 

JUAN RAMON JIMENEZ

 

 

.

 

mariano andreu

Oeuvre Mariano Andreu