J’ai aimé pour mille ans par une nuit semblable
Où juin s’époumonait au perron de l’été
J’ai aimé pour mille ans et coule intarissable
La source cyclamen de nos éternités

C’était un soir joyeux de fureur et d’esclandre
La venelle riait hétaïre et ambrée
C’était un soir joyeux de fureur et d’esclandre
Sous la pamoison d’or d’un grand ciel cérusé

Tandis que la Saint-Jean renaissait de ses cendres
Tu colportais heureux les flambeaux de l’été
Sous les madriers d’ocre où le couchant rassemble
La mémoire des hommes La caresse des blés

J’ai aimé pour mille ans par une nuit d’opale
Une bouche abyssine à la mienne scellée
J’ai aimé pour mille ans et coule intarissable
En mon cœur cyclamen la source de l’été

.

 

 

© SYLVIE MEHEUT (2017)

 

 

.

jules breton 2,,

 

Oeuvre Jules Breton