Quelle vanité imaginer
Que je peux tout te donner, l'amour et la joie,
Des Itinéraires, de la musique, des jouets.
Il est vrai que c'est le cas :
Tout ce que je te donne, c'est vrai,
Mais tout ce qui est à moi ne te suffit pas.
Comme moi il ne me suffit pas que tu me donnes
Tout ce qui est à toi.

C'est pour ça que nous ne serons jamais
Le couple parfait, la carte postale,
Si nous ne sommes pas en mesure d'accepter
Que seulement dans l'arithmétique
Le deux naît de l'un plus l'un.

Un petit bout de papier.
Il dit :

Tu as toujours été mon miroir,
Je veux dire, pour me voir, il fallait que je te regarde.

Et ce fragment :

La lente machine du désamour
Les vitesses de reflux
Les corps qui abandonnent les oreillers
Les draps les baisers

Et debout devant le miroir interrogeant
Chacun à soi-même
Ils ne se regardent plus entre eux.
Plus nus pour l'autre
Je ne t'aime plus,
Mon amour.

 

.

 

 

JULIO CORTAZAR

 

 

.

 

montserrat-gudiol-61

Oeuvre Montserrat Gudiol