Mon oiseau

Quoiqu’il advienne – le monde dévasté

revient s’enfoncer dans le crépuscule ;

les forêts lui préparent quelque boisson pour s’endormir,

et du haut de la tour que le veilleur a quittée,

tombe, tranquille et fixe, le regard de la chouette.

Quoiqu’il advienne – tu connais ton heure,

mon oiseau, tu prends ton voile

et tu t’envoles, à travers le brouillard, vers moi.

 

 

.

 

 

INGEBORG BACHMANN

 

 

.

susan hall

Oeuvre Susan Hall