mardi 2 octobre 2018

SOLEDAD

Des nuits qui tombentcomme des couperetsDes matins où il fautse laver de tout sentimentd'impuissance   Entre la nuit et le jourcette distanceinfiniment petiteattachée à ne rien laisserparaître.     .     MARTINE CROS     .   Photographie Katia Chausheva
Posté par emmila à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 2 octobre 2018

JOE BOUSQUET...Extrait

Aux oiseaux qui ne chantent plus dans nos campagnes...signe alarmant de notre proche disparition....     ...   Le vent pleurait les oiseaux de passage Berçant les mers sur ses ailes de sel Je prends l'étoile avec un beau nuage Quand la page blanche a bu tout le ciel   .   JOË BOUSQUET     .   Oeuvre de l' 'art du Sumi-e   
Posté par emmila à 12:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 2 octobre 2018

JOE BOUSQUET...Extrait

Ce siècle présent est foutu s'il n'est pas fait contrepoids à sa nuit immense par l'assurance de quelques individus qui tiennent de leur volonté ou de leur vie le privilège de voir et d'éclairer... Je ferai ce que je pourrai pour lui, mais je le crois foutu. Jamais il ne comprendra que l'homme est un cœur, ou rien. C'est-à-dire : courage. Amour.   .     JOE BOUSQUET     .   Photographie Thami Benkirane https://benkiranet.aminus3.com  
mardi 2 octobre 2018

LA RETRAITE SENTIMENTALE...Extrait

"Une tombe, ce n’est rien qu’un coffre vide. Celui que j’aime tient tout entier dans mon souvenir, dans un mouchoir encore parfumé que je déplie, dans une intonation que je me rappelle soudain et que j’écoute un long instant, la tête penchée… Il est dans un court billet tendre dont l’écriture pâlira, dans un livre usé que flattèrent ses yeux, et sa forme est assise à jamais, pour moi, mais pour moi seule – sur ce banc d’où il regardait, pensif, bleuir dans le crépuscule la Montagne aux Cailles… "     .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 2 octobre 2018

CHARLES AZNAVOUR - HOMMAGE - LES EMIGRANTS , MOURIR D'AIMER, LE PERE GORIOT, ECRIRE

      .   . Comment crois-tu qu'ils sont venus? Ils sont venus, les poches vides et les mains nues Pour travailler à tours de bras Et défricher un sol ingrat Comment crois-tu qu'ils sont restés? Ils sont restés, en trimant comme des damnés    Sans avoir à lever les yeux Pour se trouver tout près de Dieu Tous ensemble Ils ont vois-tu, plein de ferveur et de vertu Tous ensemble Bâti un temple à temps perdu Comment crois-tu qu'ils ont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,