C’est dans l’absence vive
Que s’oriente le Chant :

Y aurait-il un rythme
Au secret du silence ?

Ecrire est à douleur
Quand le souffle se cherche :

Mais si le cœur fatigue
Où peupler ses saisons ?

Tant que le monde va
Nous sommes sans bagages :

Y a-t-il un matin
Devançant tous matins ?

Peut-être le printemps 
Pourrait nous mettre au monde

Si nous étions vraiment 
Accordés ici-même :

Arbres-vie abreuvés
Aux racines du ciel !

 

.

 

 

JEAN LAVOUE
www.enfancedesarbres.com

 

 

.

 

tham37,

Photographie Thami Benkirane 

https://benkiranet.aminus3.com/