vendredi 30 novembre 2018

POUR MA MERE PAULE

  Je te vois, je t'approche, je t'entends.La nuit est blanche, la lumière resplendit.Tu me parles en silence, toujours.Je te sais là, toujours.Viens, partons, maman, vers les cieux, les terres, les mers, où tu veux.Posons nos pieds sur les sables et les îles.Volons, naviguons.Tu me parles, comme ta voix est joyeuse et pure!Tu ris, tu chantes, laisse-moi t'écouter, m'émerveiller. Où m'emmènes-tu? Qu'importe! Sur le courant porteur de ton désir, sur la barque dorée de ton amour, une simple brindille irait au bout du monde en... [Lire la suite]

jeudi 29 novembre 2018

LE PASSE

Une mémoire infaillible ne guide mon souvenir qu’à travers le jardin embrouillé de mon enfance. Demandez-moi de vous dire la forme et la couleur d’une seule feuille de ces giroflées marron, que la gelée et la neige confisaient, chaque hiver, dans le jardin, et qui ressemblaient, cuites de froid sur la terre blanche, à de pauvres salades ébouillantées… Demandez-moi si la glycine, vieille de deux siècles, fleurissait deux fois chaque année, et si le parfum de sa seconde floraison, exhalé de maigres grappes, semblait le souvenir affaibli... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 29 novembre 2018

AUX ARMES...!

C'est la lutte finale Un combat d'initiés Sont les perdants qui gagnent Nos dames émancipées Les médias sous le roi Mon peuple articulé D'un pantin au long bras Faut pas venir pleurer ! Allons enfants de la patrie Le jour de gloire est terminé Entre nous deux, la tyrannie Sous l'étendard, sang est levé Entendez vous dans nos campagne, Mugir nos pauvres, de faim de froid? Qu'ils viennent jusque dans vos bras, Pleurer dans nos ville, nos sarcasmes Aux armes aux armes Et cætera Que... [Lire la suite]
mercredi 28 novembre 2018

LAMBEAUX...Extraits

Un soir d'été, tu t'échappes en cachette avec une couverture sous le bras. Tu déplies ceĺle-ci au milieu du pré, t'étends sur le dos et passes la nuit à contempler ce ciel où frémissent des millions d'étoiles. Tu interroges, scrutes, demeures longtemps dans une stupeur émerveillée. Puis soudain, la foudroyante conscience que tu n'es rien. Qu'un être humain n'est rien. Que ta vie n'a pas plus d'importance que ces brins d'herbe pris entre tes doigts. Grelottante, déprimée, tu regagnes ton lit quand le jour se lève, te demandant si l'on... [Lire la suite]
mercredi 28 novembre 2018

VANESSA PARADIS- DU BOUT DES LEVRES

  Dites-le-moi du bout des lèvres. Moi, je l'entends du bout du coeur. Moins fort, calmez donc cette fièvre. Oui, j'écoute. Oh, dites-le-moi bien doucement. Murmurez-le simplement.   Je vous écouterai bien mieux Sans doute. Si vous parlez du bout des lèvres. J'entends, très bien du bout du coeur Et je peux continuer mon rêve, Mon rêve.    Que l'amour soit à mon oreille, Doux comme le chant des abeilles, En été, un jour au soleil, Au soleil. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 28 novembre 2018

VANESSA PARADIS - CES MOTS SIMPLES

J'ai quelques mots à te direDes mots simples à te direOn les entend souventDans les films chez les gensJ'ai déjà dit ces mots simplesOn y croyant ou en feinteLa première fois enfantÀ moi-même de temps en tempsCes mots simplesPour te les direJe voudrais que tout soupirDisparaisse dans ce ventQue l'hiver soit aux amantsJe voudrais pour dire ces motsAvoir inventé ces motsQu'on me les dise chaque foisEn ne pensant qu'à toiTout simplement dire ces motsIl faut renaître de sa peauOublier qu'on fut avantPour d'autres un peu tremblantsCes mots... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 28 novembre 2018

L'OPULENCE DE LA NUIT...extrait

 Le merle poséprès de moilance ses trillesdu noir s'élèvele chant de la vie ce feu qui te privaitde l'eau qu'exigeaitta soifil t'a laisséces braisesqui t'accordentchaleur et lumière   Vol en zigzagdu papillonl'errance de la pensée    .   CHARLES JULIET     .  
Posté par emmila à 02:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 28 novembre 2018

ACCUEILS...Extrait

Tant de choses pèsent rongent nous meurtrissentTant de choses me fatiguent me maculentTant de choses usent ma ferveurEndeuillent mon amour des êtres et de la vieMais si avant au long des stagnantes annéesCes coups morsures déceptionsMe maintenaient dans la souffranceParfois dans l’accablementUn insurmontable désespoirJe dois reconnaître que maintenantDepuis que j’ai traversé la nuitIls n’ont plus le pouvoir de me corroderMe vouer à la détresseMe contraindre au refusTout au contraireSoumis à une alchimie qui les transmuteIls ne cessent... [Lire la suite]
mercredi 28 novembre 2018

ACCUEILS...Extrait

 L’âme… je n’emploie jamais ce mot. Je lui ai substitué le spirituel. En dehors de toute croyance religieuse, ce mot désigne pour moi : – l’aventure de la connaissance de soi, – la mutation de la naissance à soi-même, – l’observance d’une éthique, – le besoin de s’élever, de faire grandir le meilleur de soi.  ...   Un jour, alors qu’on avait plus d’espoir de la trouver, la source est là, au bout du sentier. La voix parle clair. La semi-obscurité a fait place au jour. L’être sait de toute certitude qu’il a vaincu... [Lire la suite]
lundi 26 novembre 2018

L'ALPE...

Il suffit de si peu…. Une journée idéale à l’Alpe. Rien qu’une journée. Je ne sais pas, un jour de juin, par exemple. Elle commencerait par un lever à l’aube. L’anfractuosité du volet dirait le temps qui s’annonce. Forcément, il ferait beau. On le verrait à la densité de l’éclaircie qui envahit la chambre. On se lèverait, on irait vers le café. L’arôme de l’enfance, le bol de la mère ébréché. Souvenir de chocolat chaud avant le sentier gelé de l’école du hameau. On se rendrait au village à pied. On goûterait aux taillis les senteurs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,