Tu observes la vie depuis les fissures de ta maison
Depuis les toits éboulés
Morsures d'étoiles de pleine nuit
Vagues troupeaux de moutons embroussaillés 
Tu étires le cou
Misérable cygne mutilé de ses étangs sauvages 
Tu lèves une main qui ne saisit que l'ombre d'un nuage 
Il passe 
Tu demeures dans sa trace 
Aux lucarnes des chambres 
Tu voles les baisers 
Des amoureux volant au-dessus du boulevard 
De Belleville 
Les souliers dans les flaques
Marchent sur les feuillages
Tu dérobes l'éperdu des iris se dilatant 
Sous la rotation insatiable du soleil
Tu cueilles à la sauvette des brassées de cheveux, nerfs, cils, doigts, filets de clarté,

cordes à linges, drapeaux de sous-vêtements, blêmes éclaboussures de honte sur les visages bêlant
Mais toi, tu restes derrière la vitre sale
Il y a toi
Il y a les gens
Entre vous le tranchant d'un sabre
Blanc comme un sourire d'enfant
Tu ignores comment franchir la lame
Déjà tes membres portent les cicatrices de tes lacérations
Tes tentatives de vie
Tes tentations de mort
Entre les deux balance ton heure qui traîne
Ne vient pas 
Les brèches même des oubliettes
Suintent de vipères luisantes
Ruissellent de malédictions
Se déchirent en insondables sanglots 
Derrière les murs en ruine
Rampent les morts qui n'ont su sortir
.

Et attendent que quelque chose arrive
Une grenade en feu jetée sur leur ennui

De la cave au grenier
Du sol au plafond
De tous les placards humides de ta chambre
Tu te contentes d'épier le monde
Voyeur de vie

 

 

! DIAMON~11

 

 

ANA MARIA CARULINA CELLI

 

 

! DIAMON~11

 

 

susan hall,,,

Oeuvre Susan Hall