Un jour tu frapperas à ma porte et ton ombre sera ma lumière
Saurai-je alors être digne lorsque ce jour viendra
Saurai-je être digne de toi
Saurai-je tendre le cœur et sans frémir accepter ton miroir
Saisir entre tes cils le sel de ma mémoire
Et d’un simple regard reconnaître mon frère
Nous aurions dû recevoir à parts égales notre ration de soleil
J’ai reçu plus que toi
Et le si peu que j’ai déjà
Je te le dois
Le jour où tu viendras tu m’offriras le parfum de ta terre
Je serai l’exilé
L’assoiffé
L’éphémère
Homme parmi les hommes
Nu et déraciné
Plus tranchant que le glaive
Plus tendre que l’aubier
Plus malléable encore que l’argile sous les doigts du potier
Et je me hisserai mon frère
Et je me hisserai vers toi
Comme l’olivier aux portes du désert
Comme la colombe sur les vestiges d’un monde ancien
Je sentirai battre en mon âme l’écho de tous les préludes
Alors peut-être serai-je digne mon frère
Digne de ton regard
Digne de ta lumière
Digne de l’amandier
Digne des lendemains
Lorsque demain tu frapperas à ma porte et que l’étoile t’aura précédé
Serai-je alors digne de toi devant l’éternité
.
..
.
.
.
SYLVIE MEHEUT
.
.
.

alessandro spano

Alessandro Spano