mercredi 31 juillet 2019

ECLATS ET BRECHES...Extrait

Est-ce bien nousce tremblement fragile du cielce rire évanoui ?Nous sommes brèches, éclats ,explosions éphémères Les creux laissés par nos corpssur la plagese sont remplis de sableplus d'une foisNos cris ont la fragilité de la craie,la vitesse du goéland Nos tendresses sont torturées Nos mots s'ėcaillentNos rêves n'ont pas toujours le tempsde nous parvenirEt c'est dans cette incertitudeque nous nous plaisons à vivre.   .     COLETTE GIBELIN       .     Photographie... [Lire la suite]

mercredi 31 juillet 2019

ICI LA AILLEURS ET AUTRE PART

Que de douleur, que de souffrance, et ces petits, tout petits, cœurs palpitants que l'on a envie de cajoler, de bercer et consoler. Petits éclats de chair si tendre, entends-les pleurer leur sang si rouge, "et que la grenade est touchante dans nos effroyables jardins"(*). Un baptême et une bague, et au cou l’opulence de la mort et du noir. Une absence, une présence, un collier de souffrance. Dans la tête une voix qui tamise le silence, et le noir de la nuit dans le cœur de l’enfant qui se noie dans son sang. Une chemise... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 31 juillet 2019

ILS Y SONT

Ils y sont :  L’un à l’autre, un mot dans l’autre… caillou de mots sur la langue d’un cœur chagrin.  Ils y sont :  Enfants de la Terre et du Ciel, que le vent porte sur un ruban de sable et d’amer… très loin, très loin dans des rêves de poudre et lames de sel.  Ils y sont :  Enfants marins, l’un pour l’autre et l’un sans l’autre… enfants rois, écorce de mère. Chérubins à la peau de nacre et pépites d’albâtre. . MARIA-DOLORES CANO ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 31 juillet 2019

L'ETE....Extrait

     Depuis cinq jours que la pluie coulait sans trêve sur Alger, elle avait fini par mouiller la mer elle-même. Du haut d'un ciel qui semblait inépuisable, d'incessantes averses, visqueuses à force d'épaisseur, s'abattaient sur le golfe. Grise et molle comme une grande éponge, la mer se boursouflait dans la baie sans contours. Mais la surface des eaux semblait presque immobile sous la pluie fixe. De loin en loin seulement, un imperceptible et large mouvement soulevait au-dessus de la mer une vapeur trouble qui venait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 31 juillet 2019

LIBERTAD

No quiero cantar mas de amor, no quiero hablar mas de abrazosNo tengo miedo del desierto, de las luces lejanas, de las noches mas negras y del mar sin colorQuédateEn el silencio nace el sol, y del silencio nace el llantoMilagro de la madrugada, de tu cuerpo callado, salen barcos y niebla, salen mundos enterosQuédateLibertad. Quédate como el viento entre mis manos, quédate como el baile de los brujos gitanos, quédate como el rio que arraiga la luna, como las nubes que galopan en la vieja laguna.     .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 31 juillet 2019

HOMMAGE A ANNE DUFOURMANTELLE

Posté par emmila à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 31 juillet 2019

ANNE DUFOURMANTELLE...

https://www.franceinter.fr/emissions/remede-a-la-melancolie/remede-a-la-melancolie-21-mai-2017?fbclid=IwAR0v4Bsl5K8dFzQJLwmcTGB0ix3TJwLSd6uHy3S1acv9YJewGANyfqc33KY   .   Anne Dufourmantelle 1964-2017 https://bibliobs.nouvelobs.com/l-humeur-de-jerome-garcin/20180717.OBS9830/la-journee-tragique-ou-anne-dufourmantelle-a-sauve-le-fils-de-jean-philippe-domecq.html
Posté par emmila à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 31 juillet 2019

L'AMITIE...Extrait

Nous devons renoncer à connaître ceux à qui nous lie quelque chose d’essentiel ; je veux dire, nous devons les accueillir dans le rapport avec l’inconnu où ils nous accueillent, nous aussi, dans notre éloignement. L’amitié, ce rapport sans dépendance, sans épisode et où entre cependant toute la simplicité de la vie, passe par la reconnaissance de l’étrangeté commune qui ne nous permet pas de parler de nos amis, mais seulement de leur parler, non d’en faire un thème de conversations (ou d’articles), mais le mouvement de l’entente où,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,