En ce flamboiement vert 
Nuage de fougères
Aux sèves éblouies 
Par les nerfs irradiés de la tige qui plie
Aveuglent mes paupières 
Des squelettes dorés de pins levants 
Berçant en pendeloques leurs spirales d'écailles 
Le miel ruisselle dans la rivière 
Pour y tisser sa maille 
Sa résille de lumière 
Et frissons dans le vent 
Des filets transparents 
Où l'oeil de l'araignée pensive
Cristallise la rosée vive 
Qu'elle enfante
Qu'elle enchante 
Le commencement du bleu 
Une miette de nuage
Les plumes de feu 
Tombées d'une fleur sauvage
La mort d'un flocon
Au travers d'un rayon 
Sous le doigt d'un reflet 
Frémit la peau de l'air 
Je compte les fragments pâles 
De ces tessons de vert 
Dans l'ombre végétale
Un doux parfum de menthe 
S'écoule par la fente
D'une jalousie méridienne 
A claire voie me reviennent 
Les gouaches, les huiles, les aquarelles
De ces tableaux vivants 
Ces battements de feuilles 
Et d'ailes
Me font présent 
De l'immortelle

 

 

.

 

 

ANNA MARIA CARULINA CELLI

 

 

.

.

hélycrise