Fille de collines, boumiane, chèvre sur les cailloux. C’est une pas jeune, pas vieille, une rétive, l’ourlet défait aux mûriers et aux rêves. C’est la sauvage qui parle aux arbres, brûle son ombre à midi, neige et fleurit dans le même geste. C’est la vigne au tournant des sols secs, la brindille de chemin, l’étincelle sur la meule, le sable dans la roue, l’adventive racine sur le haut du mur, qui surprend toujours. Quand je l’aperçois, je lance quelques mots, le temps qu’elle me voie déjà elle s’éloigne. Intransitive. Inconvenante aux terribles rigueurs, incroyante aux totales ferveurs, elle marche aux brûlots d’aubépines dans la force et la confiance de ses pas. Elle scrute le soleil et connaît l’étoile. Elle dit qu’aimer est sa seule raison.

 

 

.

 

 

ILE ENIGER

http://insula.over-blog.net/ 

 

.

 

 

Chevre-jeune-fille2