Le ciel s’offre un défilé de tout petits soldats pressés
Des nuages dodus en sarouels gris soutachés de rose poudre
Vous osez
Me demander où est ma jeunesse
Je vous réponds qu’elle est partie chercher
Des cigarettes et n’est jamais revenue
Je n’ai pas son adresse, mes mains regardez
Sont si lourdes et nouées
Et mon visage si je souris, vous donne
Le dessin de soleils enfantins
Alors vous hochez la tête avec commisération
Vous ne voyez pas que je me moque
Que ma jeunesse est cachée sous la cape
Où je ris
Comme une évadée dans sa planque
Elle se fout de vous
Avec délice
Prête à vous sauter à la gueule

 

 

.

 

 

ALEXO XENIDIS

 

 

.

 

alexo2