dimanche 1 décembre 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Petite fleur de la neige,tache pourpre ourlée d'or sous un soleilbleu,Petite fleur des mots murmurés,du songe,du son vibrant,du chant d'oiseau... Sur la portée du vent les feuilles virevoltenten clef de sol,et la rivière --frissonne,bourdonne,chantonne,et le soleil --sonnedans la cascadevertedes saules.     .     ANNE MARGUERITE MILLELIRI  (2016 -modif.2019)     .    

dimanche 1 décembre 2019

PRISONS ET PARADIS...Extrait

"Dans ce temps lointain où j'apprenais à respecter la cendre, couvrir le feu pour la nuit, réveiller le lendemain matin son ardeur capitonnée de cendres, j'apprenais aussi que la cendre de bois cuit, savoureusement, ce qu'on lui confie. La pomme, la poire, logées dans un nid de cendre chaude, en sortent ridées, boucanées, mais molles sous leur peau comme un ventre de taupe, et si "bonne femme" que se fasse la pomme sur le fourneau de cuisine, elle reste loin de cette confiture enfermée sous sa robe originelle, congestionnée de saveur,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 1 décembre 2019

JOËL GRENIER...Extrait

Elles ont la couleur des nuits trop longues, les ombres blanches.Elles collent le soleil au mur et le fusillent de mépris. Trois fleurs en rang d'oignons, au garde-à-vous et recueillies, attendent sur une planche le chant du coq, celui du cygne.Elles mettent les rêves en cage , les ombres blanches. Comme les yeux, ils sont cernés. Une araignée sur le plafond creuse un trou noir dans le vide.Ça sent l'hospice et le formol est leur parfum d 'éternité, aux ombres blanches.Elles ont les mots du silence et le discours de l'ennui. Sur une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 1 décembre 2019

IN PRAESENTIA IN ABSENTIA

  Ceux qui savent pleurer ne seront plus comme tant d’autres :ménageant à grand peine leur vulnérabilitéaux mots prononcés, ou par l’écriture qu’on déroule,ils laissent opérer toute la résonance en eux. Sans le moindre barrage (protège ou doubles-fenêtres)l’Ailleurs les pénètre et garde possession de leur for,des scrupules les inhibent tant qu’ils ne voient plus outre,paysage intégrant leur native déréliction. Défait sous son blindage de papier à brioche.plus rien de positif ne leur est venu du soleilqui sitôt réapparu s’est... [Lire la suite]