" C'est un mot, l'animal, que des hommes se sont donné le droit de donner. Ils se sont trouvés, ces humains, à se le donner, le mot, mais comme s'ils l'avaient reçu en héritage. Ils se sont donc donné le mot pour parquer un grand nombre de vivants sous ce seul concept : L' Animal, disent-ils. Et ils se le sont donné, ce mot, en s'accordant [...] pour eux-même [...] le droit au mot, au nom, au verbe, à l'attribut, au langage de mots, bref à cela même dont seraient privés les autres en question, ceux qu'on parque dans le grand territoire de la bête : l' Animal. Tous les philosophes que nous interrogeons (d'Aristote à Lacan en passant pat Descartes, Kant, Heidegger, Lévinas), tous, ils disent la même chose : l' animal est privé de langage. Ou, Plus précisément, de réponse (...). Le mal est fait depuis longtemps et pour longtemps. Il tiendrait à ce mot, il se rassemblerait plutôt dans ce mot, l'animal, que les hommes se sont donné, comme à l'origine de l'humanité, afin de s'identifier, pour se reconnaître, en d'être ce qu'ils se disent, des hommes, capables de répondre et répondant au nom d'hommes. "

 

 

! DIAMON~11

 

 

JACQUES DERRIDA

Ed. Galilée, 2006

 

 

! DIAMON~11

 

 

chassell