...


Ne me parlez pas du rossignol ni de l’alouette
ni même de la petite bergeronnette
qui trace dans la lumière des chiffres avec sa queue.
Je ne sais pas grand-chose des maisons :
je sais qu’elles ont du caractère, c’est tout.
Neuves au début, comme les bambins
Qui jouent dans les jardins avec les franges du soleil,
elles brodent sur le jour des persiennes colorées
et des portes luisantes.
Quand l’architecte a fini, elles changent,
Elles se rident, ou sourient ; ou encore boudent
ceux qui sont restés, ceux qui sont partis
d’autres qui seraient revenus s’ils avaient pu le faire
ou qui ont disparu, maintenant que le monde
est devenu une immense auberge.

 

 

.

 

 

GEORGES SÉFÉRIS

Traduction  André Kedros

Extrait de Poésie de Grèce, UNESCO / Actes Sud, 1990

 

 

.

MER000