Aubes d’espaces orientent la fenêtre inattendue
On saigne les parchemins des signes à décrypter

Les yeux futurs décoderont syllabes
ombres
vertiges
et le grain de blé aiguillera la main et ses visions

Des papyrus s’envolent mille siècles d’incertitudes

Que de sang a embrumé la clairvoyance de l’invisible !

Les firmaments craquellent sur le rivage
la mer errante lève la braise
et les portes s’ouvrent

La vie entre par toutes les fenêtres
Cortèges de manants maquillent le jour d’arc-en-ciel
Escadrons d’abeilles embrasent la dernière lumination

Qui marche dans le silence des siècles inventés ?
Perdus ?

 

 

.

 

 

RIO DI MARIA

 « Enigmes du seuil » éditions L’Arbre à Paroles

 

.

 

 

Masao Yamamoto,

Oeuvre Masao Yamamoto